top of page

Sécurisé et ouvert : Éviter les murs et construire des communautés.

Une conversation avec Karl Julisson - membre de l'unité de sécurité globale de la Fédération internationale de la Croix-Rouge.


La sécurité est un sujet sensible. La frontière est mince entre assurer la sécurité de ceux qui appartiennent à un espace et veiller à ce qu'il reste accueillant et ouvert à tous. Surtout pour une institution qui s'occupe de questions de paix et de sécurité à l'échelle mondiale. C'est pourquoi les propos de Karl Julisson, qui dirige l'Unité de sécurité globale au siège de la FICR à Genève, sont particulièrement poignants. Lors d'une conversation avec nous, il a souligné que les questions de sécurité sont finalement liées aux questions de communauté. Les clôtures, les murs et les barrières indiquent que l'espace est fortifié et fermé à la communauté. De telles mesures ne peuvent jamais réellement procurer un sentiment de sécurité à ceux qui partagent cet espace. Si tant est qu'ils le fassent, ils créent un sentiment de rupture avec le voisinage.

Dans le même temps, il est utile de rappeler que la sécurité est importante au-delà des questions de sûreté. Les personnes au travail ont besoin de se sentir en sécurité et à l'aise dans leurs espaces. Ils ne veulent pas être dérangés et ont besoin d'un environnement qui leur donne un sentiment de confort. Les espaces de travail personnels dépendent d'un autre type de limites - qui se forment par un sentiment de préoccupation mutuelle et de sensibilité envers les collègues et les compagnons de travail.

D'autre part, aucun espace de travail n'est réussi s'il ne donne pas non plus à ses travailleurs la possibilité d'interagir les uns avec les autres. Sans espaces partagés, points de rencontre, occasions de manger ensemble - nous ne pouvons pas avoir un environnement de travail sain. Cela signifie que même dans un contexte institutionnel, il faut trouver un équilibre entre la protection des utilisateurs contre les perturbations mutuelles et la garantie qu'ils ont des possibilités d'interagir les uns avec les autres.

Une dualité similaire s'étend à la dynamique plus large. Tout comme les personnes au sein du bureau de la FICR considèrent le bâtiment et le cadre institutionnel comme un bouclier protecteur, le bâtiment de la FICR est également enfermé dans son propre environnement - le quartier qui l'entoure. Bien qu'il ait besoin d'un certain niveau d'autonomie par rapport à son contexte pour fonctionner efficacement, il ne peut jamais s'y fermer.

Il est tout à l'honneur de l'IFRC de faire un effort concerté pour tisser des liens avec son environnement, créer des possibilités d'interaction avec la communauté et offrir des occasions de partager l'espace avec les habitants dans le parc communautaire. Cela correspond parfaitement à l'opinion de Karl Julisson. En ce qui concerne le processus participatif en cours pour le parc communautaire de la FICR, il déclare : "Personnellement, je pense que c'est une occasion d'intégrer la communauté plus étroitement avec la Fédération... Contre quoi essayons-nous de nous protéger ? Les risques sont très faibles ici... notre approche a été, et continue d'être, l'accessibilité pour les visiteurs de la communauté....".

Notre conversation avec lui a fait apparaître très clairement les liens entre les concepts d'environnement, de communauté et de sécurité. Ils ne doivent pas être traités comme des catégories distinctes, mais comme des catégories qui se chevauchent. Les environnements assurent la sécurité à plusieurs niveaux et ne peuvent être réduits à leur seule connotation physique. Ils sont imbriqués dans la dimension sociale. Après tout, la vie de quartier repose sur la présence humaine. En ce sens, une communauté constituée d'interactions sociales est également un environnement. Un environnement qui agit comme un bouclier, offrant une couche de protection à tous ceux qui existent en son sein.


Interview avec Karl Julisson

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page