top of page

Diagnostic de l'environnement - Le défi des nombreux contextes

Une discussion avec Juan Galvez : Chef d'équipe pour la durabilité environnementale de la chaîne d'approvisionnement et le développement des [capacités] logistiques des Sociétés nationales. FICR.

Bâtiment de la FICR vu depuis la forêt


L'environnement est bien des choses : une expérience, un bouclier protecteur et un équilibre délicat à préserver dans notre existence. Dans cette optique, la comptabilisation du carbone d'une organisation est devenue un outil essentiel pour prouver ses références en matière de durabilité.

Les unités de mesure et les composantes de notre réalité matérielle et immatérielle peuvent nous aider à atteindre des objectifs plus efficacement, mais elles peuvent aussi obscurcir et cacher des vérités. Il est donc nécessaire de manier le processus avec précaution. Les comptes carbone d'une organisation sont devenus un besoin pressant, une présence cruciale dans le monde de l'administration, mais comme nous le rappelle Juan Galvez, ils doivent être replacés dans leur contexte.

Selon Galvez, la FICR est engagée avec d'autres organisations dans un projet mené par un autre leader du mouvement de la Croix-Rouge - le CICR. Ensemble, ils pilotent une méthodologie afin d'essayer de définir une norme commune pour la comptabilité carbone dans le secteur humanitaire. Ils tentent d'obtenir une liste des meilleures pratiques afin qu'elle devienne une ressource partagée. Ils travaillent également avec d'autres organisations mondiales qui ont fait preuve d'une grande avancée dans ce domaine.

En même temps, il est nécessaire de commencer à mettre en pratique des méthodes et des outils pour réduire la consommation de carbone et créer un meilleur score de durabilité. Il s'agit notamment de mesurer régulièrement l'empreinte écologique globale de l'organisation et de définir une norme minimale. D'ici la fin de l'année, un kit d'outils sera finalisé - il est actuellement en phase de test. Il sera proposé gratuitement aux organisations humanitaires du monde entier afin qu'elles soient de plus en plus nombreuses à rendre compte de leurs pratiques de consommation.

Pour M. Galvez, le véritable défi pour la FICR n'est pas seulement de mesurer l'empreinte écologique du bâtiment du siège de Genève, mais de créer une norme et un outil de mesure capable de prendre en compte les différences entre ses plus de 86 bureaux dans le monde. Comme il le dit lui-même, "tout le monde n'a pas les mêmes capacités de mesure que nous". Mais ces différences de capacités sont en réalité la raison d'être des défis environnementaux.

Le plus grand défi est de relier le processus de mesures à l'intérieur du bâtiment à son intégration au sein de la communauté dans laquelle il s'inscrit. Cela reste l'un des objectifs les plus importants en fin de compte. Nous devons comprendre que, pour la Croix-Rouge, la mobilisation des volontaires des communautés et l'identification de leurs problèmes vont plus loin que tout le reste pour cette intégration. Essayer de créer des propositions et de mettre en œuvre des projets qui tiennent compte des besoins des communautés, surtout dans des situations où la vie est menacée, voilà le contexte réel dans lequel fonctionnent la plupart des organisations membres du mouvement de la Croix-Rouge. C'est le fait de parler des préoccupations environnementales au sein d'une telle réalité qui rend le portefeuille que représente Juan vraiment intéressant pour lui.

Un parc qui met l'accent sur la conservation dans son programme plus large est une énorme opportunité pour l'organisation et la communauté dans son ensemble. Même à un niveau symbolique, le fait que le bâtiment du siège de la FICR s'ouvre à la communauté et préserve la forêt dans l'enceinte est un cadre crucial sur lequel s'appuyer - quelque chose dont les générations futures seront certainement reconnaissantes.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page